Lettre 22 (9 janvier 2023)

Retour aux lettres

Chers amis,

Après avoir contacté les responsables de l’USM (l’Union des Supérieurs Majeurs de Suisse) représentant les religieux et y avoir reçu de forts encouragements pour le projet Koïnonia (voir la Lettre aux Amis, du 3 décembre 2020), j’ai ensuite contacté des religieuses. Celles-ci m’ont rendu attentif à différents aspects, comme celui de préserver la vie contemplative, son cadre de silence, ou encore des difficultés d’aménagement, soit parce que le monastère est classé « monument historique », soit parce que les transformations en appartements ne sont pas toujours aisées à réaliser.

Simultanément, j’ai contacté, à la demande de mon évêque Mgr Jean-Marie Lovey, la Conférence épiscopale suisse (CES). Celle-ci a répondu très positivement à mon initiative : « D’abord, soyez vivement remercié de votre engagement en faveur d’un projet qui vous tient à cœur, Koïnonia […], ce projet ficelé également sur internet est fort intéressant. Les évêques estiment devoir se soucier que le patrimoine ecclésiastique serve la vie des personnes, y compris et surtout des plus pauvres, en témoignage de l’annonce de l’Evangile […] » (lettre de son secrétaire G. Meier-Grandjean, du 4 février 2022). Suite à la séance de la CES du 30 octobre 2022, celle-ci déclare que « le projet mérite notre considération et notre estime » et me charge de le poursuivre : « Nous vous invitons fraternellement à le faire directement auprès des intéressés, avec la douceur qui gagne en ce type de démarche et la fermeté quant aux arguments que vous alléguez, qui nous paraissent fondés et convaincants. » (lettre du nouveau secrétaire David Pesenti, du 15 novembre 2022).

Récemment, j’ai aussi informé les responsables de la pastorale de la famille du canton de Fribourg (le diacre Bertrand Georges et son épouse), qui se sont montrés très intéressés, tant les défis des familles chrétiennes sont aujourd’hui nombreux. Ils méritent une attention pastorale accrue et des solutions nouvelles pour renforcer leur soutien.

La mise en œuvre concrète suppose de véritables opportunités qui permettront de résoudre les différents défis qu’ont relevés les religieuses. C’est pour cette raison qu’il faut à la fois continuer d’informer et de confier au Seigneur ce projet qui lui appartient.

Suite à ma conférence au couvent des carmes d’Avon (Fontainebleau) dans le cadres de l’Association des écoles d’oraison, j’ai fait la connaissance d’un mouvement similaire à Koïnonia pour que le patrimoine de l’Église de France, en particulier ses monastères, puissent trouver une seconde vie par l’engagement des laïcs. Le site internet oykos.org informe sur ce mouvement et une collaboration pourrait être envisagée.

À la Faculté de théologie de Lucerne, s’est tenue une journée sur le thème de « L’avenir des monastères » dans le cadre de la chaire d’Histoire de l’Église conjointement avec la Mission Intérieure. Face au risque de perdre l’identité spirituelle de ce patrimoine, il « a été souligné à plusieurs reprises […] qu’il s’agit de redonner aux églises monastiques leur vocation première, à savoir l’office religieux. » (Revue MI, 1, 2023, p. 7)

Par ailleurs, le Synode sur la synodalité retient toute mon attention et je suis en train de rédiger un livre sur ce sujet en puisant aux sources de l’Église des 1er et 2e siècle. On peut y trouver à mon avis les clés pour une meilleure collégialité et une meilleure intégration des femmes dans la gouvernance de l’Église.

J’ai aussi d’autres projets d’écriture assez avancés comme l’étude de la théologie de la miséricorde divine dans les œuvres de Thérèse de l’Enfant-Jésus et la publication en un seul volume des articles que j’ai publiés sur saint Jean de la Croix.

À vrai dire, j’ai des projets pour les dix ans à venir !

Mon souci quotidien est aussi la guerre en Ukraine : prions ardemment pour la paix !

Le site internet communion.ch a aussi été amélioré dans ses performances et j’espère qu’il rendra un service accru par ses enseignements en ligne, l’utilisation du forum et de la chaîne de prières : formons une chaîne de solidarité pour promouvoir une Église de communion et de miséricorde, qui libère toutes ses potentialités !

Que tous les défis du monde contemporains nous stimulent pour un engagement chrétien renouvelé !

En union de prière et d’amitié,

P. Marie-Joseph Huguenin