Le sens du carême (du 5 mars au 25 avril 2009)

Bienvenue sur le site de Koïnonia Forums Archives Le sens du carême (du 5 mars au 25 avril 2009)

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 17)
  • Auteur
    Messages
  • #1723
    Communion
    Admin bbPress

    Forum sur le sens du carême. À vous !

    Par: P. Marie-Joseph

    #1724
    Communion
    Admin bbPress

    Le temps du Carême me dérange et me chagrine.
    Il faudrait être solidaire, jeûner, prier plus, se confesser… bref, il faudrait faire des choses qui me coûteraient tellement en temps, en énergie, en sacrifices qu’il m’arrive de douter de la liberté offerte par un Dieu bon et miséricordieux. Est-ce que le Christ n’a pas assez souffert en rémission de nos péchés pour que nous devions, 2000 ans après, ajouter nos souffrances au tableau des bonnes actions pour valider les siennes ? Suis-je hors de la dynamique du Carême si j’ai toujours envie de chanter Hosanna et Alléluia ? Je veux une réponse qui me libère du poids que l’Eglise me fait porter.

    Par: Andrée, le 05.03.2009

    #1725
    Communion
    Admin bbPress

    Il y a plusieurs niveaux de lecture de la Bible et des Paroles de Jésus…
    Il dit que les apôtres jeûneront lorsque « l’Époux » le frère bien aimé, leur sera enlevé, et qu’en attendant, nous ne devons pas nous choquer de les voir se réjouir, même en période rituellement considérée comme un temps de dépouillement et de restriction.
    Ne nous leurrons pas, nous avons ou aurons tous, nos carêmes, nos deuils, nos arrachements, un jour ou l’autre !
    Sur un plan liturgique, nous réactualisons une nouvelle fois, le chemin qui nous mène à Pâque !
    Chaque année, nous nous préparons et d’une certaine manière appelons la Pâque, et le Royaume. Le Carême nous invite au dépouillement, mais il peut être vécu dans une joie profonde. « Mon joug est léger » dit le Christ…
    Et il est vrai que l’expérience d’un dépouillement pour un plus d’essentiel, un plus de véracité, d’authenticité, un plus de justesse, donne des ailes !
    Creuser la faim, la soif, en vue d’exprimer une autre soif et autre faim en soi, et autour, en vue d’un «Espace» pour l’Esprit que l’on devrait nommer « le grand Désiré » tant nous sommes en quête de Lui, intensément, sans en avoir conscience… Tout cela donne des ailes !
    Lâcher sa chemise pour revêtir la Lumière, perdre pour gagner, n’est-ce-pas cela le Carême et ce qu’il vient dire, crier à nos cœurs encombrés !
    Alors oh ! OUI, convertissons-nous et croyons, ayons Foi en l’Évangile !

    Par: Michelle Foucault, le 05.03.09

    #1726
    Communion
    Admin bbPress

    Andrée pose une vraie question : si le Christ a tout fait pour nous, pourquoi devrions-nous encore faire quelque chose comme s’il n’avait pas tout accompli ? Pourquoi donc ne pas en rester à la joie de la victoire du Christ ? La réponse pour moi tient à la grandeur de la personne humaine. Nous ne sommes pas des instruments passifs entre les mains de Dieu. Nous sommes à son image et il ne peut être victorieux en nous sans notre concours. Plus précisément, la grâce de l’Esprit Saint, le don gratuit de Dieu, vient illuminer notre intelligence et éveiller notre liberté. Le Christ vient réactualiser en nous ce qu’il a vécu sur terre, chaque fois dans les conditions qui sont les nôtres. Ainsi, quand il est allé au désert, c’est pour nous y inviter, afin de faire comme lui l’expérience de la présence de Dieu, mais aussi du Tentateur. Il nous invite au combat pour que nous soyons victorieux en nous appuyant sur lui. La prière est essentielle : elle est le lieu de l’accueil de l’Esprit qui réalise la communion avec Dieu et en Église. C’est cette communion qui nous donne d’être vainqueur et de chanter ensemble au matin de Pâques : Alléluia!

    Par: Marie-Joseph, le 8.3.09

    #1727
    Communion
    Admin bbPress

    Parfois le vide s’installe autour de soi. On pourrait dire que c’est bien…que c’est comme si on était dans le désert…que c’est comme une retraite…ou que sais-je? Le vide autour de soi peut être bénéfique ou alors: il peut être signe de mal-être.
    Je dois faire attention à ne pas me perdre dans des rêveries morbides pour l’esprit et veiller sur mon âme pour qu’elle sache rester vivante et à l’écoute des pas de l’Epoux. Ce serait si facile de glisser du côté des vierges folles de la parabole.
    La solitude éprouvée maintenant n’est pas angoissante comme celle du mourant sur son lit d’hôpital; elle n’est pas dangereuse comme celle du funambule qui s’engage sur le fil; elle n’est pas déprimante comme celle du SDF fouillant les poubelles. Non. La solitude que j’éprouve maintenant est patiente. Une longue attente peut- être ou alors juste un réflexe de prudence. C’est assez étrange!
    En ce temps de Carême, si j’ai bien compris les enseignements, je dirai que je suis au désert. Solitude de l’endroit et solitude de l’être et j’ai une tentation. je suis obsédée. C’est trop long à expliquer. Imagine simplement une attirance pour quelque nourriture ou boisson qui te sont interdites. L’obsession de cette chose fait que tu vas aller mille fois ouvrir le frigo pour voir, toucher, humer ce que tu ne dois pas goûter…C’est un combat terrible. C’est une découverte aussi: tu te découvres et tu te bats. Tu sais maintenant que tu es fragile, tu en prends conscience vivement et tu comprends qu’il faudrait peu pour que tu tombes et que tu consommes ta tentation,ton obsession.
    Comme j’ai lu la bible, je pense à deux tentations célèbres: celle de la Genèse dans le jardin de l’abondance avec Adam et Eve et celle du Nouveau Testament dans le désert avec Jésus.
    Je veux savoir:
    – si la tentation de la Connaissance est l’obsession de l’ignorant, de l’imbécile, de l’orgueilleux
    – si la tantation de la Toute-Puissance est l’obsession du pauvre, du serviteur, de l’esclave
    -si le mot « obsession » est synonyme de « tentation » dans le langage de la foi et si les effets sur l’esprit humain en sont les mêmes.

    Par: Andrée, le 09.03.2009

    #1728
    Communion
    Admin bbPress

    Pour vivre de façon heureuse le carême, il faut saisir le fondement essentiel de l’ascèse chrétienne : elle n’est pas un travail sur soi dans la solitude, comme s’il s’agissait de combattre seul contre ses défauts. L’ascèse chrétienne consiste à se disposer au mieux pour s’ouvrir à un Autre qui veut me sanctifier (cf. 1 Thess 4,3). Seul l’Esprit Saint est capable de me sanctifier. Comprenant cela, je saisis le sens de l’ascèse chrétienne : accueillir dans la prière, dans l’oraison, le don de l’Esprit Saint. C’est lui qui va me donner le feu sacré qui enflamme mon cœur dans l’amour de Dieu, de soi-même et du prochain dans l’Esprit du Christ. La quête de connaissance doit se comprendre en alliance avec Dieu, car il veut que nous le connaissions, pour l’aimer, et que nous connaissions toute chose capable de faire grandir sur terre son Royaume. Le pauvre qui se tourne vers Dieu fait appel à la toute-puissance de Dieu pour le libérer, mais non au désir de toute-puissance sur les autres. Il faut distinguer l’obsession, qui est de type psychologique, de la tentation, qui est d’ordre moral et spirituel. Je puis être tenté de faire le mal et c’est alors que je suis invité à m’appuyer sur le Christ qui a vaincu toute tentation. Le carême, s’est se disposer à accueillir l’amour du Christ et à l’aimer dans l’Esprit Saint (cf. Rm 5,5). « Car aime ! »

    Par: Marie-Joseph, le 12.03.09

    #1729
    Communion
    Admin bbPress

    Bravo pour le «car aime»! Chère Andrée, en hébreu et en grec, la « tentation » est synonyme de « mise à l’épreuve ». Dieu ne tente pas, par contre Il n’empêche pas l’épreuve !
    Le démon « fils de la peur, du néant et du non sens », parce que se voulant pour lui-même sa propre origine, son propre déploiement, son propre Dieu et sauveur, son propre alpha et oméga, c’est lui qui tente l’homme, subtilement et par la séduction ! (« sois ton propre Dieu !… »).
    Et voilà bien ce qui nous tente, de manière naturelle : dès les premières peurs et souffrances, l’enfant, pour surmonter les chocs, se blinde, serre les dents, pleure, cherche le « pouvoir »… de se rassurer. La loi du plus fort s’exerce autour de lui, et son penchant naturel va l’amener à s’y inscrire, passant sans cesse de la victime au persécuteur. Mais la Personne humaine n’y trouve pas son compte.
    La tentation peut être ressentie comme obsédante, puisqu’elle est la cause du péché originel dont nous héritons tous. Par cet héritage, nous sommes comme projetés dans un monde de « dévorants/dévorés », dominants/dominés, qui nous rend « mal-heureux ».
    Le désert est le lieu de la soif, de la faim, mais aussi des mirages et des hallucinations !
    Et même dans la solitude et le dépouillement, on peut très bien s’obstiner à rester accroché à des repères et suffisances, intérieurs ou intériorisés, en s’enfonçant dans des mirages, continuant ainsi sans bien s’en rendre compte d’exercer notre liberté particulière et nos libres choix comme on exerce un pouvoir « …à la manière des grands de ce monde… » (Mt 20, 24-26) ne s’appuyant, ne construisant, ne croyant qu’en soi mais aussi en notre avoir, nos acquis, nos croyances ! Et les carêmes de toute une longue vie ne suffiraient pas à atteindre la juste et si cohérente attitude de Jésus face au Démon (à nos démons !).
    Mais l’important ne serait-il pas, avant tout de le reconnaître toujours plus en profondeur ! Puis de mettre notre main dans celle que Jésus nous tend !
    Alors s’immisce un autre choix, paradoxal, comme une belle et humble éloge à nos bienheureuses limites! Qui nous portent les uns vers les autres, d’abord par besoin, espérant une main tendue, une oreille attentive, un vrai regard sur soi, un Créateur qui nous secoure, qui nous relève et nous révèle à nous-même…
    Puis dans le Christ, ce « besoin » se transforme en « Désir » de vivre pour aimer et être aimé dans la justesse, en « Soif » d’Évangile, dans un esprit de service, d’accueil et de don, en Zèle brûlant et «affamé» d’annoncer, de témoigner, de partager le trésor de la Révélation et du déjà là du Royaume… Bon appétit ! Bon à petits ! (= pour les petits)

    Par: Michelle, le 13.03.09

    #1730
    Communion
    Admin bbPress

    Merci pour votre forum… je viens juste mettre mon petit grain de sel en ce qui concerne le Carême vu que c’est le sujet proposé… Le Carême c’est mon temps préféré de l’année, car je vis un Carême qui est de tous les jours… je ne jeûne pas… je ne fais pas de sacrifices… je ne me mortifie pas… je ne suis pas doloriste… Je vis le Carême car ma simple vie sur cette pauvre terre est à elle même un sacrifice… le monde souffre et je souffre avec le monde… Bien souvent je me pare d’habits noirs… je porte le deuil du monde… voilà pourquoi je me pare de noir… je suis en union avec la souffrance, rien de plus et rien de moins… Jésus, selon certains textes, vit en agonie jusqu’à ce qu’Il vienne nous chercher tous et toutes, en Son Coeur qui ne sera plus un Coeur Percé par la lance…. On sera tous et toutes avec Jésus… Simplement… Mais,pour l’instant, en ce bas monde, je vis le Carême… les Fêtes ne sont juste pour nous aider à espérer que ça va exister…. la paix et le monde où il n’y aura plus de pleurs, de peur et de grincements de dents…. Juste le monde éternel où couleront le lait et le miel… Avec affection… Dieu vous bénisse…

    Par: Josiane, le 21.03.09

    #1731
    Communion
    Admin bbPress

    Je viens de lire un autre texte qui m’aide dans ce temps de désert. L’auteur, l’abbé Michel Maret, décédé il y a un an:
    Le prophète Elie (1R 19,1-15) illustre le chemin vers le silence du ressourcement, le passage de l’homme abattu à l’homme debout. Elie vient de triompher des faux-prophètes au service de Jézabel. Furieuse, elle lui promet la mort pour le lendemain. Elie a peur. Il fuit. Lui, si sûr d’être investi de la force de son Dieu, il fuit comme un pauvre homme saisi par une peur viscérale. Il se réfugie au désert. Le soir, il va s’asseoir sous un genêt. Il souhaite mourir:
    « C’en est assez, maintenant, Seigneur! »
    Nous sommes souvent Elie en proie au doute et au découragement devant les épreuves de sa mission, devant la souffrance de son peuple, devant l’injustice des puissants qui semble insurmontable, devant la maladie, devant la mort. Elie se regarde.
    « Prends ma vie car je ne suis pas meilleur que mes pères. »
    Là réside son erreur, notre erreur: faire le compte de nos faiblesses, porter seul l’épreuve. Les premières heures de marche solitaire d’Elie sont remplies surtout de lui-même, de ses problèmes, de ses échecs. La turbulence de ses pensées fait beaucoup de bruit et le silence du désert ne fait qu’emplifier le tumulte intérieur. N’est-ce pas là très souvent la première étape de notre prière: la prise de conscience de cette rumeur intérieur.
    « Elie se coucha et s’endormit. »
    Le sommeil est parfois aussi une forme de fuite. « Dormir, oublier. Ne plus penser à rien. Dormir, mourir, rien de plus » disait Hamlet.
    « Mais voici qu’un ange le touche et lui dit: Lève-toi et mange. »
    Dieu n’abandonne pas son serviteur. Par deux fois, il le visite, avec délicatesse, le réveille de sa torpeur, symbole de toutes nos lassitudes spirituelles, et le nourrit. Elie doit reprendre des forces, car son voyage intérieur ne fait que commencer. Dans le silence, il doit accueillir les dons de Dieu, manger le pain de sa Parole, et boire l’eau vive de l’Esprit.
    « Puis soutenu par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits, jusqu’à la montagne de Dieu, l’Horeb,, autre nom du Sinaï. » […]
    Paul Evdokimov
    L’expérience qu’a faite Elie est toujours contemporaine pour celui qui cherche Dieu. Le bruit, les émotions, les images, la violence troublent notre esprit, et pour retrouver le silence intérieur, quel travail de purification! Pour atteindre ce jardin intime animé par le souffle de Dieu quel chemin de désert comme l’a fait Elie!
    tiré du livre « LES JARDINS DU SILENCE », Editions Parole et Silence »

    Par: Andrée, le 23.03.09

    #1732
    Communion
    Admin bbPress

    À Andrée. L’extrait de l’auteur “Paul Evdokimov” résonne en moi très très fort. C’est magnifique! Alors, vraiment, un grand MERCI, me voilà nourrie copieusement d’une nourriture qui dure et qui n’alourdit ni le corps, ni l’âme, ni l’esprit, au contraire… Je me sens confirmée dans mes aspirations et inspirations : Me voici Seigneur trois fois Saints, je m’avance dans le silence du désert, vers ton soutien, celui de tes anges, de Marie et Joseph et du Ciel tout entier!

    À Josiane. Cet extrait qu’Andrée nous a sorti tout droit, j’en suis sûre, de la “pochette surprise” du Saint Esprit, devrait vous faire aussi un grand bien! En tout cas je l’espère.
    Si le monde connaissait Jésus et qu’il se décide à le suivre et l’aimer, il ne pourrait pas éviter toutes ses erreurs, mais il les vivrait autrement, il s’appuierait sur la tendre et forte miséricorde de Dieu… Il s’en trouverait transfiguré. Le “déjà là” du Royaume serait visible et palpable un peu partout!
    Mais le monde connaît si peu Jésus! Nous même, nous avons à le redécouvrir et le redécouvrir encore… Entrons donc dans la prière et la contemplation du Christ rédempteur, puis laissons-nous guider, chacun, chacune, là où nous sommes, où bien là où il nous mène, à témoigner de Lui, à l’apporter au pauvre coeur du monde affamé, assoiffé de Vérité et de Communion vraie!
    Alors du coeur de nos éternels carêmes, jaillira le profond sourire de la Pentecôte! Après la Résurrection du Christ, nous sommes dans les “derniers temps” et ce sont ceux de la Pentecôte, du don de Dieu par nos prières, par toutes nos vies pour le “déjà là” du Salut du monde.

    Par: Michelle Foucault, le 24.03.09

    #1733
    Communion
    Admin bbPress

    Le carême me semble être un temps pour ajouter de la vie à ma vie. C’est un temps pour découvrir une partie de moi-même que je néglige. C’est un temps où je me sens encouragé à le faire. C’est un temps qui me mène vers Pâques. Cette fête en devient le moment où mon travail de découverte est, en quelque sorte, consacré. Naturellement, accepter de corriger un défaut (pas trop grand), s’ouvrir à un autre, s’engager envers un tiers sont des expériences douloureuses, dures, difficiles. Cette difficulté rend le temps du carême important. Je suis encouragé à m’accrocher. Le temps de Pâques est l’affirmation que cela a un sens. Pour moi, le ce n’est pas un temps de privation, mais un temps d’expérience et de découverte.

    Par: Didier, le 25.03.2009

    #1734
    Communion
    Admin bbPress

    L’expérience qu’a faite Elie est toujours contemporaine pour celui qui cherche Dieu. Le bruit, les émotions, les images, la violence troublent notre esprit, et pour retrouver le silence intérieur, quel travail de purification! Pour atteindre ce jardin intime animé par le souffle de Dieu quel chemin de désert comme l’a fait Elie!
    tiré du livre « LES JARDINS DU SILENCE », Editions Parole et Silence

    Bonsoir à vous, Père, bonsoir à vous sur ce forum précieux… Je viens relever ce texte plus haut, texte qui me parle… Je suis très troublée et aussi très interrompue dans mes prières par les « parasites » qu’imposent notre société… je suis très sensible à la souffrance et à tout ce que vit le monde… le bruit et l’agitation m’empêchent de prier… c’est une croix pour moi, alors je la porte en ce jour de la Solennité de l’Annonciation…. Même au Monastère le silence est troublé… Difficile de prier parfois mais je le fais, bien humblement, très tôt le matin et le soir à Complies quand tombe la nuit… Avec reconnaissance… Dieu vous bénisse…

    Par: Josiane, le 25.03.2009

    #1735
    Communion
    Admin bbPress

    À Josiane : Jetez dans l’immense fournaise de la miséricorde de Dieu tous ces parasites que sont les bruits, les pensées qui surgissent, les souffrances que vous portez pour le monde, c’est une des plus belle prière et c’est un acte de foi rédempteur pour vous, pour vos proches et moins proches!
    Tout ce qui fait la “pâte humaine” avec ses scories, ses limites, ses petitesses, Dieu sait si bien la rejoindre pour la toucher, lui donner son sens, sa place, Il l’entend comme un cri qu’elle lui lance, ainsi Il l’assume et la transforme!… C’est un beau cadeau alors que vous lui faites. Dans la CONFIANCE, et l’ESPÉRANCE… Découvrez le bonheur qu’il y a à lâcher toute ces choses pour les déposer dans le Feu de l’Amour de Dieu, qui apparaissent d’autant plus que nous entrons en “désert”! Là aussi se cache la Grâce!

    Par: Michelle, le 27.3.09

    #1736
    Communion
    Admin bbPress

    Merci Michelle et Andrée pour vos commentaires suite à mes mots, mes maux… Vos propos sont réconfortants… Je vous prends dans mes humbles prières… Quand tout part  » en vrille dans ma tête », quand les tourbillons du bruit et des pensées parasites m’emportent je dis la prière de Jésus, j’essaie de répéter calmement les prières… m’en inspirer, m’en nourrir… m’en imprégner… je suis consciente que je devrai toujours « lutter » et parfois à contre-courant contre mon trop grand désir de paix et de calme qui n’est pas de ce monde…. J’attends juste le monde à venir… celui auquel je crois et qui me laisse de l’espoir tant que je reste sur cette terre, tant que Dieu désire me laisser servir selon Sa Volonté…. Soyez tous et toutes bénis sur ce forum… Amitiés !

    Par: Josiane, le 28.03.2009

    #1737
    Communion
    Admin bbPress

    Bonjour tout le monde,
    La Semaine Sainte va débuter. Des pratiques me surprennent:
    Je veux savoir pourquoi célébrer la messe des Rameaux. Qu’est-ce que je suis sensée comprendre quand on me donne une petite branche bénite?
    Je veux savoir aussi pourquoi y a-t-il des chemins de croix dans toutes les paroisses? Sont-ils des parodies, des mouvements de solidarité à Jésus, des unions de prières avec tous ceux qui souffrent ou, ce que je pense plus précisément, des démarches qui introduisent dans le mystère du don de Jésus pour les hommes de tous les temps. À quoi ça sert de faire semblant de prendre le chemin du condamné?

    Par: Andrée, le 4.04.09

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 17)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.