Pastorale

Homélie du dimanche et des fêtes

15e Dimanche du temps ordinaire

« Celui qui entend la Parole et la comprend porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. » (Mt 13, 1-23)

La parabole si célèbre du Semeur, met en lumière les conditions qui vont permettre à la Parole de Dieu de porter du fruit. Autrement dit, nous sommes la graine semée par le Semeur : si nous accueillons la Parole de Dieu, la semence va grandir et porter du fruit. La semence peut-être semée en quatre endroits dit la parabole :

Au bord du chemin, sur les endroits pierreux, dans les épines et dans la bonne terre.

Les trois mauvais endroits peuvent être mis directement en rapport avec les trois ennemis de la vie spirituelle dont parle saint Jean de la Croix, tout en se référant à l’Évangile : le monde (au sens du monde opposé à Dieu), le démon et la chair (la chair, c’est l’homme fragile, au risque de se séparer de Dieu).

Jésus lui-même explique la parabole :

– Au bord du chemin, le démon survient et enlève du cœur la Parole semée par le Semeur. C’est l’homme qui vit dans l’indépendance, en dehors de la communion ecclésiale qui éclaire la Parole et protège du démon. Il ne peut la comprendre.

– Sur les endroits pierreux, c’est l’homme superficiel, il est faible quand survient l’épreuve : c’est l’homme coupé de ses racines qui plongent jusque dans l’Eau Vive qui est Dieu. Il n’a pas approfondi la Parole de Dieu et n’a pas travaillé sur lui-même pour se comprendre et réformer sa conduite. La psychologie des profondeurs lui serait venue en aide. Son cœur est dur comme la pierre. Il manque de racines, il manque d’amour. Prière et enracinement vont de pair. Il s’agit de retrouver la profondeur de son baptême et de s’enraciner dans le Christ, dans son amour.

– Dans les épines et les ronces, c’est le monde avec ses soucis et ses séductions, qui étouffent la Parole. Il faut apprendre à se détacher des séductions du monde et se retirer dans la prière et la retraite, pour briller au cœur du monde comme des foyers de lumière.

– Quant à la bonne terre, elle est perçue par les Évangélistes chacun selon sa culture et sa perception :

Pour Matthieu, de culture juive, c’est « celui qui écoute la Parole et la comprend ». Cette compréhension se réalise en Église, qui médite sans cesse la Parole de Dieu et sait la transmettre. L’écoute attentive pour approfondir et comprendre, est fondamentale dans la Bible et la culture juive : « Écoute, Israël ! »

Pour Marc, c’est « celui qui écoute la Parole et l’accueille ». Il s’agit de l’ouverture de cœur. L’accueil caractérise le cœur qui aime et qui prie.

Pour Luc, Juif d’origine mais de culture grecque, c’est celui qui a « un cœur beau et bon » c’est-à-dire « noble et généreux », qui « écoute la Parole et la garde » (comme la Vierge Marie qui gardait et méditait toutes ces choses en son cœur). Garder la Parole, c’est la garder en mémoire, s’en nourrir pour en vivre.

Ces trois approches soulignent une progression nécessaire : la Parole est d’abord accueillie, puis comprise et enfin gardée en mémoire.

La bonne terre c’est encore se mettre dans les meilleures conditions de l’écoute. La beauté d’une personne ce sont ses vertus et sa vie spirituelle. Sa bonté, c’est son amour. Alors, la Parole a une fécondité extraordinaire, 30 voire 100 pour un !

Dans l’eucharistie, nourrissons-nous de la Parole qui est le Pain, la Semence qui nous engendre à la vie divine et nous transforme dans le Christ, suprême beauté et bonté. Amen !

Prière universelle

  • Dieu, notre Père, fais que notre monde, les philosophes d’aujourd’hui, découvrent la profondeur et la sagesse de la Parole de Dieu qui conduit à la plénitude de la vie. Nous te prions.
  • Dieu, notre Père, fais que ton Église se nourrisse sans cesse de la Parole de Dieu et l’annonce au monde, pour qu’elle porte du fruit en abondance. Nous te prions.
  • Pour tous ceux qui souffrent dans notre entourage. Que nous puissions leur apporter une parole de réconfort et le soutien de notre amitié. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour nous tous qui communions au Pain de Vie. Puissions-nous l’accueillir avec amour et nous laisser transformer pour devenir eucharistie, action de grâce et louange au cœur du monde. Dieu, notre Père, nous te prions.

P. Marie-Joseph Huguenin

Lectures bibliques du jour sur www.aelf.org