Pastorale

Homélie du dimanche et des fêtes

2e Dimanche de Carême

28 février

« Il fut transfiguré devant eux. » (Mc 9, 2-10)

Pierre, Jacques et Jean, les colonnes de l’Église, contemplent le Christ transfiguré sur la montagne. Il est resplendissant de lumière. Moïse et le prophète Élie, qui avaient jadis gravi la montagne du Sinaï à la rencontre du Seigneur, entourent maintenant Jésus et lui rendent témoignage. La nuée de l’Esprit Saint enveloppe les disciples et les transporte à la fois dans un bonheur indicible et dans une crainte religieuse. La voix du Père se fait entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. » Désormais, c’est le Christ, qu’il faut écouter et suivre pour avoir part à sa transfiguration ! C’est lui, la loi nouvelle. Moïse et Élie, qui représentent l’Ancien Testament, attestent la vérité du Christ. L’Esprit Saint confirme dans le cœur des disciples cette vérité en les associant à la Transfiguration. Et le Père lui-même désigne Jésus comme son Fils. Il nous invite à l’écouter, car il est sa Parole vivante.

Cet événement survient au moment où Jésus monte à Jérusalem en sachant qu’il sera livré et crucifié. Il ne reculera pas devant le sacrifice de sa vie par amour pour le monde. C’est son amour qui va transfigurer cette montée vers la croix en chemin de résurrection. Par sa transfiguration, il vient fortifier ses disciples.

Le sacrifice d’Abraham annonce le sacrifice du Christ et nous permet de comprendre ce qui se passe. Pour Abraham, la mort est un passage vers le Père. Abraham, tout en gardant confiance, pense que le Père lui rendra le fils unique qu’il lui a donné, transfiguré par son passage vers le Père. Comme l’écrit l’épître aux Hébreux : « Dieu, pensait-il, est capable même de ressusciter les morts ; c’est pour cela qu’il recouvra son fils, et ce fut un symbole » (He 11,19). Le sacrifice dans la Bible est parfois associé à la mort, comme un passage vers le Père, comme un don que l’on fait de soi-même pour se présenter devant Dieu, pour s’unir à sa vie et à son amour. En se donnant à Dieu, on s’unit à lui et l’on est sanctifié.

Jésus seul pouvait s’offrir lui-même et passer ainsi auprès du Père pour être totalement sanctifié par sa résurrection d’entre les morts. Ainsi, tous ceux qui s’unissent à Jésus en l’aimant, sont unis à sa sanctification et sa résurrection. Telle est la puissance de l’amour divin : il nous unit les uns les autres au Christ ressuscité.

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas refusé son propre Fils : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout ? Le Christ est ressuscité, il est à la droite du Père et il intercède pour nous ! » s’exclame saint Paul.

En communiant au saint sacrifice de la messe, nous communions à la vie donnée et à la résurrection du Christ. Nous sommes alors capables de nous donner avec le Christ et de transfigurer nos vies : elles deviennent un chemin où l’amour est victorieux.

Comme le dit le Pape François, le mystère de la Transfiguration est un mystère de montée et de descente. Il est essentiel de gravir la montagne de la prière pour devenir fils de lumière, pour être remplis de l’Esprit Saint et entendre la Parole de Dieu. C’est à cette condition que nous pourrons descendre vers les réalités de ce monde, illuminer les visages par la lumière de l’Évangile qui nous aura envahis.

Durant ce temps du Carême, montons avec les disciples sur la montagne de la prière pour être transfigurés, pour resplendir de plus en plus en enfants de lumière. La prière a ce pouvoir de transfiguration, car c’est alors que nous nous ouvrons aux flots de lumière et d’amour que l’Esprit Saint veut déverser du Cœur du Christ ressuscité. Il n’y a rien de plus grand que la prière, car elle nous unit à Dieu. Comme à la Samaritaine, Jésus nous dit : il y a en toi une Source de vie éternelle. Allons puiser en nous à cette source divine pour inonder notre vie de lumière et d’amour divins. Amen !

Prière universelle

  • Par sa Transfiguration, le Christ est venu fortifier la foi de ses disciples. Seigneur, par ton eucharistie, vient fortifier nos communautés. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Seigneur Jésus, tu n’as pas craint d’affronter un monde hostile, mais par la puissance de ta prière et de ton amour, tu es venu lui apporter la lumière et la vie. Que notre monde actuel s’ouvre à ta Présence. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Seigneur Jésus, tu es proche de tous ceux qui souffrent et celui qui s’unit à toi transfigure sa souffrance. Qu’à notre tour, nous soyons proches et pleins de miséricorde devant toute souffrance humaine. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour nous tous ici réunis. Que notre union au Christ et notre communion fraternelle transfigurent nos vies. Dieu, notre Père, nous te prions.

P. Marie-Joseph Huguenin

Lectures bibliques du jour sur www.aelf.org