Pastorale

Homélie du dimanche et des fêtes

25e Dimanche ordinaire B

19 septembre 2021

« Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le serviteur de tous » (Mc 9, 30-37)

Il y a dans le cœur de l’homme de grandes aspirations. Et c’est Dieu qui les y a mises. En le créant à son image, il a mis dans son cœur de grands désirs. Ces désirs peuvent l’amener à faire de grandes et belles choses, mais aussi le pousser à dominer les autres, à entrer dans des luttes de pouvoir, jusqu’à opprimer, pour obtenir à tout prix ce que l’on veut.

C’est dans l’amour, mais aussi dans nos désirs que se voit l’action de l’Esprit Saint. Dis-moi quels sont tes désirs et je te dirai qui tu es !

Jésus nous donne un grand enseignement, mais qui n’est pas facile à comprendre : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le serviteur de tous ! »

Désirer servir, qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Serait-ce se mettre au service de tous les désirs de mon prochain, voire de ses caprices ? Devenir fusionnel ? Abdiquer son jugement en disant : « Comme vous voulez ! » Faire la volonté d’un autre, ce n’est pas forcément faire la volonté de Dieu. Alors que signifie cette parole ?

Servir c’est d’abord se mettre à l’écoute.

Écouter, c’est une attitude de bienveillance. Écouter, c’est accueillir l’autre sans a priori, c’est répondre à son attente d’être reconnu, entendu, estimé.

Écouter, ce n’est pas forcément être d’accord. Mais ce n’est pas non plus pour me mettre dans une opposition stérile. Écouter, c’est chercher au plus profond de l’autre le meilleur de lui-même, le bien qu’il voudrait réaliser.

Autrement dit, servir l’autre, c’est l’aider à devenir serviteur du projet de Dieu en lui.

Il ne s’agit donc pas d’abdiquer sa volonté et se soumettre en pensant de cette manière faire la volonté de Dieu. C’est tout au contraire s’engager à créer une communion profonde dans un projet qui emporte l’adhésion de l’esprit et du cœur.

Seul, je ne peux être sûr d’être dans la volonté de Dieu. Car celle-ci se dévoile dans la communion qu’elle engendre. Comme dit saint Jean, nous sommes dans la vérité parce que nous nous aimons les uns les autres.

Chacun est capable, à sa manière, de se consacrer à une belle tâche. En mettant les dons que nous avons reçus au service de la communion des personnes, nous construirons la communauté humaine.

Jésus prend un enfant en exemple. C’est d’abord pour lui donner pleinement sa place et pour nous dire trois choses :

1. Que nous devons nous appuyer sur Dieu avec confiance comme un enfant se confie à son père.

2. Les enfants ont de grands désirs : gardons au cœur les grands désirs, ne les perdons pas !

3. Accueillir un enfant, c’est accueillir Dieu lui-même nous dit Jésus, c’est-à-dire accueillir le projet de Dieu qu’il a mis en chacun et qui germe dès la petite enfance.

Que Dieu nous apprenne à être les serviteurs du projet de Dieu en chacun de nos frères ! Projet de fraternité, de solidarité, de communion, projet qui se déploie au moyen de tous nos dons et nos charismes. Soyons ainsi les bâtisseurs du Royaume de Dieu, amen !

Prière universelle

  • Pour que toute forme d’autorité dans la société, autorité politique, religieuse ou familiale s’exerce comme un vrai service en faveur de la dignité de la personne humaine. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour ceux qui consacrent leur vie au service de l’enfance et de la jeunesse. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour les enfants victimes de la guerre, de la violence et des abus de toutes sortes. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour nous tous ici rassemblés. Que nous sachions être accueillants envers notre prochain, pour bâtir ensemble le Royaume de Dieu. Dieu, notre Père, nous te prions.

P. Marie-Joseph Huguenin

Lectures bibliques du jour sur www.aelf.org