Pastorale

Homélies du dimanche et des fêtes

1er Dimanche de l’Avent

27 novembre

Veillez pour être prêts (Mt 24, 37-44)

Le temps de l’Avent s’ouvre par une grande attente dans nos cœurs : le Seigneur vient à notre rencontre ! Ouvrons nos cœurs à sa venue ! Préparons-nous à l’accueillir. Il vient dans nos cœurs, il viendra à Noël, il viendra enfin dans la gloire de son règne. Sa venue glorieuse est certaine, mais nous ne pouvons pas savoir quand elle viendra, car l’Avènement du Christ ressemblera à ce qui s’est passé au temps de Noé : on mangeait, on buvait, on ne se souciait pas de Dieu et le déluge est arrivé. Notre époque ressemble bien à celle de Noé. Beaucoup croient pouvoir se passer de Dieu, faire comme s’il n’existait pas. Comment comprendre cette perte du sens de Dieu chez beaucoup de nos contemporains ?

  • Les succès de la science ont fait croire à bien des gens qu’elle pouvait apporter la réponse à tout.
  • Le pouvoir de l’argent a fait espérer que le bonheur était à portée de main.
  • Mais aujourd’hui nous voyons que notre monde si fragile est plus menacé que jamais avec son cortège de catastrophes climatiques et de guerres.

Notre monde se retrouve sans âme, sans réponse à ses interrogations les plus profondes : celle de l’amour, de la vérité, de l’espérance et du bonheur.

Sur le plan de l’histoire personnelle, il en est souvent de même. L’adolescent cherche son autonomie et croit pouvoir se passer de Dieu. La souffrance personnelle, souvent cachée, éloigne le sentiment de la présence de Dieu. Faudrait-il alors s’avancer dans la vie sans âme et sans cœur ?

Nous devons réapprendre à écouter en profondeur. Notre cœur est fait pour être inondé d’amour et de lumière. Dans la prière, nous retrouvons la proximité de Dieu et nous sommes capables de vivre une véritable guérison intérieure. Alors nous pourrons comprendre que le sacrement de l’eucharistie est au centre de notre vie, car nous y trouvons le don de l’amour, la présence agissante du Christ ressuscité, sa lumière et sa vérité incomparables, source d’une invincible espérance. « Veiller », c’est prier, c’est vivre en présence de Dieu, c’est l’aimer. Si nous vivons en sa présence dans l’amour, nous serons prêt à l’accueillir, quoiqu’il advienne.

Le temps de l’Avent revient chaque année avant Noël pour nous offrir la joie de l’espérance. Il nous apporte une triple joie : nous nous unissons à la joie de Marie qui a porté Jésus dans son sein avec une immense espérance. Il vient au jour de Noël pour faire sa demeure en nous, au cœur de nos familles, source d’une grande joie : par notre baptême, nous sommes devenus le temple de Dieu, sa petite crèche. Et il reviendra dans la gloire pour tous ceux qui ont mis leur espérance en lui : joie de son attente glorieuse !

« La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus », écrit le Pape François dans son Exhortation apostolique La joie de l’Évangile. Que ce temps béni de l’Avent nous remplisse d’une joie profonde, qui vient du Christ, notre espérance.

Accueillons Celui qui vient au-devant de nous. Accueillons le Seigneur qui frappe à la porte de notre cœur. Accueillons nos frères et nos sœurs pour vivre la fraternité que Dieu nous offre. L’accueil est le premier geste de l’amour. En accueillant Dieu dans notre cœur, nous ferons l’expérience de son immense amour. En accueillant notre prochain, nous saurons allumer l’étincelle de la fraternité. Viens Seigneur Jésus, nous t’accueillons au milieu de nous ! Tu es la joie de nos cœurs, le bonheur de nos vies et notre plus grande espérance. Amen !

Prière universelle

  • L’Église tout entière entre dans le temps de l’Avent, temps particulier de grâce et d’espérance. Pour que les chrétiens s’engagent avec joie à porter dans les foyers la lumière du Christ. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour le monde d’aujourd’hui traversé par de multiples crises. Que les chrétiens lui apportent la lumière de l’espérance. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour que nous portions la lumière de l’Avent, à ceux qui sont dans la joie comme à ceux qui sont dans la peine, pour que grandisse la communion des cœurs. Dieu, notre Père, nous te prions.
  • Pour nous tous ici réunis : que nous sachions veiller dans la prière et dans l’amour, pour rencontrer le Christ dans le prochain, et lui témoigner de notre espérance commune. Dieu, notre Père, nous te prions.

P. Marie-Joseph Huguenin

Lectures bibliques du jour sur www.aelf.org