L’expérience de la miséricorde divine chez Thérèse d’Avila
Retour aux articles

Editions Universitaires – Cerf, Fribourg - Paris 1993, 2e édition.

Présentation du livre

Parmi le grand nombre d'études consacrées à Thérèse d'Avila, aucune à ce jour n'avait étudié dans toute son ampleur l’expérience extraordinaire de la miséricorde divine qui a forgé cette femme de génie.
Marie-Joseph Huguenin, carme, analyse d'abord la genèse de cette expérience. Il la situe dans son cadre social, historique et dans l'itinéraire spirituel qui l'a vue naître. Il aborde ensuite ses conséquences et ses ramifications au niveau de l'œuvre doctrinale de la sainte: la miséricorde divine apparaît clairement comme la clé de la pensée thérésienne. Thérèse nous amène, par son expérience personnelle, à la contemplation du Dieu vivant et nous conduit au cœur même de la Révélation biblique, qui dévoile essentiellement que Dieu est Miséricorde: Thérèse témoigne de ce Dieu qui se penche vers l'homme avec amour, pour lui révéler sa dignité, pour partager avec lui une amitié divine.

Cette mise en lumière fait naturellement déboucher la recherche sur son actualité. Aujourd'hui plus que jamais, peut-être, la miséricorde apparaît comme la réalité qui peut seule donner à l'homme un avenir. Il s'agit tout d'abord de montrer clairement que Dieu n'est pas indifférent à l'homme, mais au contraire la source de sa dignité. Qu'il fait de lui une personne miséricordieuse capable de répondre au défi de notre temps. Le caractère expérimental de la démarche thérésienne apparaît convaincant. C'est aussi tout le visage de l’Église qui se révèle en transparence à travers cette visionnaire: l’Église est appelée à être le lieu de la contemplation et de la miséricorde.

La première édition - épuisée en moins de deux ans - a suscité une nouvelle édition, entièrement revue, nouvellement présentée, avec une bibliographie mise à jour et un index des matières.

Traduction italienne de l’œuvre : Marie-Joseph Huguenin, L’esperienza della divina misericordia in Teresa di Gesù, Edizioni OCD, Rome 2005, 340 p. 18,50 euros.


Extraits de recensions:

«Ce beau livre sur sainte Thérèse offre une nouvelle lecture et comme une nouvelle interprétation de l’ensemble de la doctrine thérésienne à partir d’un point de vue tout à fait central: la miséricorde divine. Il comprend deux grandes parties: la première, intitulée ‘La genèse de la pensée thérésienne’, de caractère analytique et historique, sert de fondement à la deuxième, intitulée ‘La synthèse doctrinale’. Dans toute cette première partie, on est frappé par l’ampleur de la recherche et aussi par l’équilibre des appréciations: l’auteur intègre un grand nombre d’aspects et de point de vue différents, sans jamais absolutiser l’un ou l’autre. Construite sur un aussi solide fondement, la deuxième partie est caractérisée par le point de vue proprement théologique. L’Auteur y montre clairement l’aspect trinitaire et christocentrique de la miséricorde. Avec une grande sûreté théologique, il ne craint pas d’affronter certaines délicates questions de la théologie contemporaine. Enfin, il convient de souligner la qualité spirituelle de ce beau livre, qui fait apparaître de façon nouvelle l’actualité de Thérèse Docteur de l’Église.»

Teresianum


«Notre époque, si marquée par la dureté du monde et cependant si inaccessible au message chrétien d’espérance sur le mystère d’iniquité, ne peut trouver la paix que dans la reconnaissance d’une misère révélée et sauvée par la miséricorde divine. L’auteur voit, d’autre part, la miséricorde divine comme une action totalisante, guérissant totalement tout l’homme, si l’on peut dire. Il en voit en effet l’aboutissement, selon Thérèse, dans le mariage spirituel, c’est-à-dire la plus haute union possible en ce monde entre Dieu et l’homme.»

Carmel


«Originale par sa méthode comme par le choix du sujet, cette thèse de la Faculté de théologie de Fribourg considère le thème de la miséricorde divine comme récapitulatif de l’expérience intime et du message de sainte Thérèse. Le volume, où abondent les citations textuelles et qui témoigne d’une étude approfondie de toute l’œuvre écrite de sainte Thérèse, contient une chronologie et une bibliographie commentée.»

Nouvelle Revue Théologique


«Un des objectifs du P. Huguenin est de démontrer que c’est Dieu qui crée l’homme et en fait un saint précisément par la surabondance des miséricordes qui l’inonde. Dans ce but, il insiste sur l’évangélisme de la doctrine de Thérèse, ‘amie’ de Jésus Christ ‘incarnation de la miséricorde divine’. L’oraison, l’oraison thérésienne, fut - et peut être encore, pour nous tous - le lieu privilégié de cette miséricorde. L’auteur veut proposer aux hommes d’aujourd’hui ce qui fut non seulement l’enseignement de Thérèse, mais le secret vital qu’elle veut, humblement et passionnément, révéler.»

L’Osservatore Romano


«Il est bien connu que Sainte Thérèse avait donné au livre de son autobiographie le titre ‘Les miséricordes de Dieu’, indiquant ainsi clairement la finalité qu’elle avait eue en l’écrivant: narrer les grandes miséricordes que Dieu avait faites et continuait à faire à son âme. Mais jusqu’à aujourd’hui, il n’existait pas d’ouvrage qui eut étudié avec tant d’ampleur et de profondeur cette extraordinaire expérience de la miséricorde divine chez la Sainte. Expérience qui constitue, sans doute, la clé d’or pour interpréter toutes ses œuvres.»

Carmelus


«Le titre de l’ouvrage désigne l’objet de cette analyse interdisciplinaire - la première exhaustive du genre - qui convainc par sa fervente érudition. Et avec laquelle le lecteur chemine dans les clartés de la miséricorde, signe fondamental de l’amitié divine.»

Construire


«L’auteur nous introduit dans cette merveille incomparable qu’est l’intelligence et le cœur d’une femme de génie, Thérèse d’Avila, qui a marqué l’histoire de l’Église et que Paul VI a élevée à la dignité de Docteur de l’Église.»

Le Nouvelliste


«L’auteur nous offre une œuvre précieuse et riche. Non seulement par le thème, mais aussi par la manière de le mener à terme. Il suffit que le lecteur examine un peu le contenu pour se rendre compte de l’ampleur avec laquelle le sujet est traité, sans rien laisser dans l’ombre. Félicitons le P. Huguenin pour ce savoureux travail thérésien.»

Revista de Espiritualidad

 

HAUT
Copyright 2005 - Koinonia - Webmaster - Mise à jour régulière